[Entrée n°4] Dans le doute, Meriadoc, il faut toujours suivre son flair.

Par défaut
Nick Sadek - Illustration série au profit d'un article au sujet de la cyberdéfense.

Nick Sadek – Illustration tirée d’une série au sujet de la cyberguerre. Oui, rien que ça.

Franchement, je ne dis pas ça, parce que je suis un garçon fragile, mais avouez que mettre aux enchères des outils d’attaque informatique liés à la NSA, ça ne manque tout de même pas de panache. Imaginez maintenant que les attaquants créent pour l’occasion une grossière légende, qui associe revendications fumeuses sur fond de lutte des classes et personnage de space-opéra. Avouez que l’affaire commence à prendre une tournure, pour le moins, amusante.

Derrière cette situation passablement cocasse, quelques faits qu’il me semblent pas inutile de souligner. Remarquons en premier lieu, que pour un mois de relâche – nous sommes en août que diable – l’actualité cybernétique est particulièrement dense et notamment liée à de nombreuses révélations, qui impliquent tour à tour, sans trop avoir l’air de, la Russie et les États-Unis. A la louche, parce que je suis magnanime : l’affaire du DNC, les révélations relatives au groupe Sauron, les russes qui affirment être la cible d’attaques sophistiquées et maintenant notre Shadow Broker qui semble vouloir faire trembler la NSA. Je concède ne pas être un observateur très futé, mais tout de même, avouez que cela fait beaucoup d’événements sans dénominateur commun apparent.

Par ailleurs, les revendications du Shadow Broker ne semblent pas très sérieuses. Je ne dis pas que vouloir lutter contre les nantis et le pouvoir n’est pas louable, mais la méthode dans ce cas présent manque clairement de souffle. De même, je ne dis pas non plus que le principe d’une enchère publique ne manque pas de panache, mais là aussi, il faut reconnaître que le dispositif ne sert pas d’éventuelles motivations financières. Avec moins de 1000€ en jeu à ce jour en une grosse semaine, je suis tenté de dire, que s’il s’agit d’argent, l’affaire est mal engagée. Par conséquent, il faudra le concéder, la théorie d’un groupe d’hacktivistes aux motivations politiques ne tient pas la route. Cette couverture est d’ailleurs si peu crédible, qu’elle pourrait prêter à sourire si le contexte géopolitique ne suscitait pas tant de questions.

Portrait du Shadow Broker (Mass Effect 2). Le garçon ne parait pas sympathique. On préférait que ce soit encore un coup des russes.

Portrait du Shadow Broker (Mass Effect 2). Le garçon ne parait pas sympathique. On préférait que ce soit encore un coup des russes.

D’ailleurs coïncidence rigolote qui n’en est peut être pas une. Il semblerait qu’une partie des bitcoins utilisés pour nourrir l’enchère proviendrait d’un lot saisi par le FBI dans le cadre de la fermeture du site de vente de produits illégaux, Silk Road. L’information est sans frais et mériterait d’être savamment recoupée, mais avouez que l’anecdote est cocasse.

D’autre part, l’extrait des documents partagés par l’attaquant en guise de bonne foi est passablement intriguant. Les données à caractère technique, puisqu’il s’agit d’outils et de scripts à fin de lutte informatique offensive (LIO), sont à priori à la fois inédits et légitimes, c’est à dire associés au groupe baptisé Equation Group, très fortement suspecté d’être lié à la NSA – agence dont on ne présente plus l’activité en ces murs, tant elle est connue comme le loup blanc. Outils toutefois assez anciens, car datant de 2013 pour les plus récents. Une éternité donc, mais bref, passons.

Cependant, difficile d’évaluer l’origine et les motivations de cette compromission. Les plus sensibles se laisseront à fantasmer sur une compromission interne, qui parait toutefois bien improbable, mais qui, rappelant l’affaire Snowden, pourrait servir le discours de l’attaquant. L’hypothèse d’un serveur C2 associé aux opérations de LIO de la NSA compromis par l’attaquant il y a plusieurs mois et dont les données ne seraient que publiées aujourd’hui parait plus crédible. Même s’il ne repose sur aucun fait tangible, je le crains. La thèse ne reste pas moins séduisante pour nombre d’observateurs assidus, dont je partage d’ailleurs les conclusions.

Point trop de naïveté n’en faut. Cet étrange déballage d’affaires compromettantes de chaque coté de l’Atlantique n’est probablement pas le fruit d’un fortuit alignement des planètes. Les différents éléments publiés ça et là d’un niveau de fiabilité variable suggèrent au moins une hypothèse, qui me parait pas inutile de développer, en précisant une fois de plus, même si je suis sûr que cela n’est pas nécessaire, mais grossier personnage que je suis, je me permets tout de même, qu’il s’agit d’une hypothèse sur la base de faits dont la fiabilité reste à confirmer.

Imaginons donc un instant que l’affaire du DNC ait provoqué ou tout du moins participé à créer un contexte favorable à l’engagement d’un silencieux bras de fer entre Moscou et Washington, qui se traduit :

  • Coté américain, par des tentatives de compromission du dispositif d’attaque russe, en gros les serveurs C2 utilisés dans les opérations russes en cours ;
  • Coté russe, par un renforcement de la campagne d’influence contre Washington. Opération d’influence, à priori assez complexe, destinée à obtenir de multiples effets sur différentes audience-cible, et dont, je le crains, j’ai du mal à percevoir l’effet désiré. Peut être parce que je me plante après tout.

Dans ce contexte l’affaire du Shadow Broker pourrait avoir pour objet de faire passer un message dissuasif par le canal le plus à même de déstabiliser Washington, tout en rendant, par la même occasion, une réponse officielle du gouvernement Obama plus complexe. A titre d’exemple, publier des outils d’attaque associés à la NSA rappelle, si l’était besoin, à la communauté internationale et aux citoyens américains, l’hypocrisie de l’administration américaine. Hypocrisie partagée par nombre d’États bien entendu, mais qui reste toujours un peu embarrassant d’évoquer publiquement.  Je vois là une belle exploitation des faiblesses du colosse américain, d’autant plus bienvenue, que les documents sont assez anciens. Ce qui serait maintenant assez marrant, c’est que l’on constate dans les semaines à venir l’utilisation par des groupes étatiques russes d’outils disponibles dans le leak publié par Shadow Broker.

Bon, vous l’aurez compris cette hypothèse me séduit particulièrement. Je sais, je suis un garçon facile. Quoiqu’il en soit, si l’hypothèse d’une confrontation grandissante entre les deux tours se confirme, il ne sera pas inintéressant de suivre avec un intérêt renouvelé les architectures d’attaque des groupes associés aux États-Unis et à la Russie, car je n’imagine pas un instant les États-Unis rester les bras ballants face à une éventuelle manœuvre de Moscou.

Cela dit, il semblerait toutefois que, dans cette affaire, la Russie ait pris une longueur d’avance en dictant le tempo de la manœuvre et les règles du jeu, tant il est vrai que dans le cyberespace – oui, j’ai dit cyber – est un monde de faux semblant, et que, par conséquent, la cohérence du discours prime souvent sur la réalité des faits.

A ce jeu là, on le concédera, Moscou semble remarquablement bien se démerder.